17 L’ARBRE
Le déploiement pérenne

L’ARBRE est une géométrie vivante, qui fructifie au rythme des saisons, qui garde dans ses sillons la trace des ans et des blessures. Un pont vertical entre le ciel et la terre, la cime et l’abîme. Un abri dans l’entre-deux, une stabilité.

Le compromis optimal entre l’expansion et la solidité, l’élévation et l’assise, la prolifération et le ramassé. Un être conséquent, qui porte ses fruits. Un moyen qui justifie la fin.

Dans une partie, L’ARBRE signifie la croissance, l’épanouissement pérenne, le rayonnement autour d’un axe fixe, la certitude que les choses avancent à leur rythme, le déroulement généalogique de la vie.

Il correspond à des situations de réalisation souveraine et de prise d’ampleur, lorsque nous sommes en possession de nos moyens et que le temps joue en notre faveur. Celte Flamme est active, ce qui signifie qu’elle se décline selon le verbe «faire», et non les verbes «attendre» (24. LA TORTUE), «se recueillir» (-8. LA TOUR FOLLE) ou «contempler» (20. L’OEIL).

Faire se rejoindre le ciel et la terre, faire communiquer les extrêmes, rendre complémentaires les opposés. Tout son être s’inscrit dans la durée et la dureté – surtout le chêne, si robuste.

Flamme écologique et fertile, L’ARBRE. rend compte d’une puissance en devenir, sûre d’aboutir et consciente de sa participation active à l’ordre du monde, mais aussi d’une puissance mémorielle, archivant en son sein les ramifications du passé pour mieux guider les embranchements à venir.

Ce Jeu de Cartes vous Inspire ?! Faites-vous ce Cadeau !!