14 L’ETREINTE
L’improvisation sensuelle

Se mélanger; s’abandonner à une matière perçue comme «extérieure» (humain, événement, musique, sommeil .. ) et la faire glisser simultanément en soi.

Tel est le sens de celle Flamme: la compénétration de deux sphères, l’échange charnel de deux mondes, l’union sensuelle et libre, L’ÉTREINTE exprime la propension d’un être à lâcher prise et à se donner tout entier à l’onde qui le transporte, ce que je rends par le mot de “succombance”.

La sensualité est omniprésente, bien qu’elle ne soit pas nécessairement sexuelle.

Elle est d’abord la rencontre de deux fragilités qui se renforcent mutuellement, de deux sensibilités qui s’épousent, de deux consciences qui modifient leur état commun, de deux processus qui ne font plus qu’un, sans pour autant se confondre au point d’être interchangeables. Chacun des ternies – ici les deux amants – conserve son identité propre, mais en conversant sensuellemenl avec l’autre, en devenant son complice, cette identité est amenée à se métamorphoser en douceur.

La douceur et la profondeur de l’échange, c’est ce qu’on doit retenir de cette Flamme. La détente a véritablement lieu. Et elle se fait à deux. Et elle s’improvise sous l’égide d’Éros, dans le lit, mais aussi sous le regard d’une représentation maternante: la statue de la mère à l’enfant, d’un blanc pur de toute ombre, de tout vice, de toute relation dictée par le profit personnel.

L’ETREINTE, c’est la rencontre «orgasmique», l’être qui se prolonge dans l’autre. Elle décrit toujours des situations paradoxales où l’intérieur et l’extérieur se confondent, et où l’on trouve – parfois le laps d’un baiser – sa moitié.

Ce Jeu de Cartes vous Inspire ?! Faites-vous ce Cadeau !!